Médiations - Informations - Communication - Arts

Doctorant

  • Sujet de thèse : l’Art de la rivière, de la source à l’océan : l’Eco-philosophie, l’éco-féminisme, l’art écologique

  • Directeur de thèse : M. Bernard Lafargue
  • Axe : Art, Design, Scénographie figures de l’urbanité (ADS)
  • Discipline : Arts (Histoire, Théorie, Pratique)
  • 1ère inscription en thèse : 2018
  • Contact : deborah.bowman@free.fr

    Thèmes principaux de recherche :

    • l’Art de la rivière
    • Art + Science
    • l’Itinérance, la marche, l’immersion dans l’environnement naturel
    • Biotopes des sources, des lavoirs, des rivières, des zones humides
    • Art écologique engagé (Eco-art)
    • Eco-féminisme ; Esthétique féministe
    • Esthétique aquatique, animale, végétale
    • Ecosophie ; Eco-philosophie ; Deep Ecology
    • Globalisation de l’art
    • « Urban Trek », la randonnée artistique urbaine

    Activité d’enseignement

    • Chargée d’enseignement, Arts plastiques, Master Recherche, Master Pro AIPAAS

    Autre

    • Artiste, Maison des Artistes
    • Luna Garona, 1% Art public, Collège Léonard Lenoir, Bordeaux ;
    • Acquisitions : 5 œuvres, dont Biotope : Zones Humides, Collection Départementale et Artothèque du Conseil Général de la Gironde ; Membre du jury, DRAC Aquitaine ; Curator des expositions collectives : Paysage(s) ; Animal ; Habit’Abris ;

    Retrouver une présentation de l’artiste sur la page de L’Enquête des sens ou visitez son site personnel : https://deborah-bowman.wixsite.com/artist


janvier 2021 – décembre 2021

Artiste invitée de l’exposition collective Art et sensibilisation écologique, dans le cadre de la manifestation transversale L’Enquête des Sens, Dealers de Science © 2022 L’Enquête des Sens ; Master Médiation de Science, Université de Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne. https://www.lenquetedessens.dealersdescience.com/index.php/exposition-numerique-art-et-sensibilisation-ecologique/
Publication de l’entretien sur youtube.com : https://youtu.be/CLiqQpNswNk


Recherches & Educations

The Mountain Refuge : Figure of Resistance, Space of Immersion, Heterotopia in the Woods – n°2/4

Deborah A. Bowman

Abstract

This article attempts to understand how Foucault’s concept of heterotopia contributes to the thought of this other space, the « situated utopia » that is the mountain refuge, in other words, a primitive cabin at a high altitude. The articulation with the first meaning of the word refuge – from the Latin refugium, « action of retreat, » « flight, » « asylum, » as a shelter where one is protected when faced with danger – raises underlying questions concerning the Anthropocene. In the form of a hand-written and illustrated artists book, the second of four installments, these pages were written at an altitude of 3600 ft on the Arize mountain range, in the Natural Regional Park of Ariège in the Pyrénées Mountains. This is an immersion in the wilderness, the habitat of « apex predators » lynx and bear, as well as a refuge for other endangered species, amidst a wealth of biodiversity. The mountain refuge possesses an evocative poetic power that is infinitely varied (Brun); simultaneously, it represents a figure of resistance (Montvalon), as well as a concrete and activist response to the ecological emergency of the Anthropocene (Bowman). With no electricity, water from a natural source, and accessible only on foot, the mountain refuge signifies not only shelter, but also « A space in the wilderness, a capsule for Time Travel, an abode in a Simpler Life. » (Bowman

Bibliography

To quote this article: Electronic reference

Deborah A. Bowman, « The Mountain Refuge : Figure of Resistance, Space of Immersion, Heterotopia in the Woods », n° 2/4, », Recherches & éducations [En ligne], 23 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/12147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.12147


Recherches & Educations

Le refuge de montagne : Figure de résistance, espace d’immersion, hétérotopie dans les bois – n°2/4

Deborah A. Bowman

Résumé

Cet article essaie de comprendre comment le concept d’hétérotopie de Foucault peut contribuer à penser le rôle de cet espace autre, « l’utopie située » dans ce cas précis le refuge de montagne, c’est à dire, une cabane primitive en altitude. L’articulation avec le premier sens du mot refuge, du latin refugium « action de se retrancher », « fuite », « asile », en tant que lieu où l’on se met en sûreté face au danger, soulève des questions sous-jacentes concernant l’Anthropocène. En forme de livre d’artiste, manuscrit illustré, le deuxième de quatre volets, ces pages ont été écrites à 1.200 m d’altitude sur le Massif de l’Arize, dans le Parc Naturel Régional d’Ariège dans les Pyrénées. C’est une immersion dans la nature sauvage, l’habitat des « prédateurs apex » lynx et ours, ainsi qu’un refuge pour d’autres espèces menacés, parmi une richesse de biodiversité. La cabane possède un pouvoir d’évocation poétique varié à l’infini (Brun) ; simultanément, elle représente une figure de résistance (Montvalon), ainsi qu’une réponse concrète et activiste à l’urgence écologique de l’Anthropocène (Bowman). Sans électricité, alimenté par l’eau de source, accessible seulement à pied, le refuge de montagne ne signifie pas seulement un abri, mais aussi « un espace dans le wilderness, une capsule pour voyager dans le temps, une demeure dans une vie plus simple » (Bowman).

Bibliographie

Voir au dessus.

Pour citer cet article : Référence électronique

Deborah A. Bowman, « Le refuge de montagne : Figure de résistance, espace d’immersion, hétérotopie dans les bois », n° 2/4, », Recherches & éducations [En ligne], 23 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/12147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.12147


Larry List, curator indépendant de New York City, intervient dans le cadre de l’axe ADS du MICA, avec la communication inédite

« Entering the Art World After Art School / Entrer dans le monde de l’art après le diplôme »



LARRY LIST, curator indépendant New Yorkais, “ live from New York “ !

Sur l’initiative de : Deborah Bowman, Chargée d’enseignement et doctorante à l’Université Bordeaux Montaigne, Master 1 et 2 Recherche et Pro AIPAAS

Finding a job in the art world after art school or university studies is often a difficult and frightening prospect. Where to start? How to conjugate making art and earning a living?

Larry List offers a wealth of ideas about how to coordinate one’s interests with the realities of the job market, plus art jobs that are little known to students and professionals alike. Drawing on forty years of experience in the New York art world, List debunks the clichés, and reveals unusual job-hunting strategies, giving real-life success stories. A “must-see” for any and all students about to enter the artistic job market !

Contact information : larrylist4123@gmail.com

Deborah Bowman, « L’écoféminisme et l’art écoféministe : Un art activiste écologique »


Colloque international, « Activisme artistique et la question des « histoires minoritaires », L’activisme artistique et la mondialisation de la scène de l’art, MICA ADS, Université Bordeaux Montaigne, avril 2021.


Eau Botanique

Le projet d’art écologique Eau Botanique, est une co-création avec le sculpteur et chercheur Patrik Marty, Docteur en Arts et membre associé du MICA ADS. Cette vidéo retrace l’histoire de l’oeuvre crée pour la manifestation Européenne Arts & Paysages, un chemin de randonnée de 15 km le long d’un ruisseau, jalonnée de 15 oeuvres monumentales. Eau Botanique matérialise neuf plantes endémiques phytofiltrantes, les dessins desquels sont gravés sur neuf cubes de marbre de Carrare, installés dans un lavoir à coté d’une source. Visible pendant six mois en 2016, cette oeuvre était vu par plus que 7,000 personnes.


Deborah Bowman, « Memento mori : Le livre d’artiste, une transformation de l’être »

Retrouvez l’article sur le site de la revue ASTASA : https://www.astasa.org/2021/09/29/deborah-bowman-a-propos-de-memento-mori-le-livre-dartiste-une-transformation-de-letre/

RÉSUMÉ :

En forme d’extrait de mon livre d’artiste, cet article propose de démontrer comment des chroniques journalières écrites à la main et illustrées peuvent contribuer à la pensée artistique face à la pandémie.

En mars 2020, je me tourne vers l’écriture et le dessin pour m’exprimer : « Confinement… c’est l’emprisonnement, comme d’être en prison pour un crime commis – quoi – d’être humain ? Ou alors c’est une punition citadine, d’un crime capitaliste consumériste, contre la Nature. » En contrepartie de ces écrits délibérément non distanciés, j’ai replongé dans mes recherches sur la peste en Europe avec ses vagues successives, trouvant des réponses artistiques face à la mort, depuis Pieter Bruegel, en passant par William Blake, ainsi que des leitmotivs : la Danse macabre, le thème de Memento mori et de Vanitas, la Calavera mexicaine.1 D’autres lectures ont nourri mes dessins, dont les écrits de Michel Foucault sur la notion de « biopolitique » et la prison étatique qui doit Surveiller et punir.2 Comment analyser la signification du livre d’artiste face à une telle expérience, de « choc, d’incrédulité, de stupeur… » ? Ce moyen d’expression privilégié participe à la transformation de l’être, à partir des émotions jaillies de l’intérieur et saisies sur la page blanche, un miroir des états d’âme. Le théoricien David Kolb, héritier de John Dewey, nous propose la théorie de l’apprentissage expérientiel, où à partir de l’expérience vécue, de l’observation réfléchie, et d’analyse, des connaissances nouvelles sont créées par la transmutation de l’expérience.3

Deborah Bowman, “Memento Mori, The artists book, a transformation of being”

ABSTRACT :

In the form of an excerpt from my artist’s book, this article proposes to demonstrate how handwritten and illustrated daily chronicles can contribute to artistic thinking in the face of the pandemic.

In March 2020, I turned to writing and drawing to express myself: “Lockdown… is imprisonment, like being in prison for a crime committed – what – of being human? Or it is a city punishment, a consumerist capitalist crime, against Nature?” In return for these deliberately unconnected writings, I plunged back into my research on the plague in Europe with its successive waves, finding artistic responses to death, from Pieter Bruegel to William Blake, as well as leitmotifs: the Danse Macabre, the theme of Memento Mori and Vanitas, the Mexican Calavera.1 Other readings have inspired my drawings, including the writings of Michel Foucault on the notion of «biopolitics» and the state prison which must Surveiller et punir / Surveillance and Punishment, the title of his book on the subject.2 How to analyse the meaning of the artist’s book in the face of such an experience of “shock, disbelief, stupor…”? This privileged means of expression participates in the transformation of the being, from the emotions surging from within and captured on the blank page, a mirror of the states of the soul. Theorist David Kolb, heir to philosopher John Dewey, offers us the theory of “experiential learning,” where from lived experience, thoughtful observation, and analysis, new knowledge is created through the transmutation of experience.3

1# Calavera designe en espagnol un crâne humain, une « tête de mort », ou alors un squelette, tous emblématiques du Jour des morts dans l’art populaire mexicain.
Deborah Bowman, « l’Art en période de crise : Artistes et philosophes réagissent aux épidémies avec une nouvelle créativité », https://deborah-bowman.wixsite.com/artist
Sandrine Guignard, « La représentation de la mort dans l’art : Visions croisées de Goya, Munch, Bacon, Basquiat », https://la-philosophie.com/la-representation-de-la-mort-dans-lart-visions-croisees-de-goya-munch-bacon-basquiat
https://www.nationalgeographic.co.uk/history-and-civilisation/2019/10/la-catrina-dark-history-day-deads-immortal-icon
https://crane-faction.com/blogs/blog-tete-de-mort/tete-de-mort-mexique-calavera

3# David A Kolb, Experiential learning : experience as the source of learning and development, Prentice Hall, 1984. https://www.researchgate.net/publication/235701029_Experiential_Learning_Experience_As_The_Source_Of_Learning_And_Development


Entretien avec Larry List, independent curator


Retrouvez la vidéo sur : https://www.youtube.com/embed/BSd_IC2j5Ow
Watch the video on : https://www.youtube.com/embed/BSd_IC2j5Ow

Pour plus d’information, voir https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/events/ads-communication-larry-list-curator-independant-new-york-city/.


Recherches & Educations

The Mountain Refuge: Figure of Resistance, Space of Immersion, Heterotopy in the Woods, n°1/4

Deborah A. Bowman
See above for Resumé and Bibliography

To quote this article: Electronic reference

Deborah A. Bowman, “The Mountain Refuge: Figure of Resistance, Space of Immersion, Heterotopy in the Woods,”, n°1/4, Recherches & Educations [Online], HS | Juillet 2020. URL : https://journals.openedition.org/rechercheseducations/9158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.9158


Recherches & Educations

Le refuge de montagne : Figure de résistance, espace d’immersion, hétérotopie dans les bois, n°1/4

Deborah A. Bowman
Voir plus haut pour résumé et bibliographie

Pour citer cet article : Référence électronique

Deborah A. Bowman, « Le refuge de montagne: Figure de résistance, espace d’immersion, hétérotopie dans les bois », n° 1/4, Recherches & Educations [Online], HS | Juillet 2020. URL : https://journals.openedition.org/rechercheseducations/9158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.9158



Consulter la liste des membres du MICA