Médiations - Informations - Communication - Arts
Séminaire : We love robots

Date/heure
25/09/2015
13 h 30 - 18 h 00

Emplacement
IUT Bordeaux Montaigne - Plateau télé

Catégories


WE LOVE ROBOTS

La robotique sociale des usagers aux publics

vendredi 25 septembre 2015 – 13h30 à 18h – UT Bordeaux Montaigne, Plateau télé, Bordeaux


Animé par : Stéphanie Cardoso (MCF Design) et Mélanie Bourdaa, (MCF Transmédia), Université Bordeaux Montaigne, Laboratoire MICA

Invités

  • Rodolphe Gelin, Aldebaran Robotic, Paris
  • Medhi Achouche, Université Jean Moulin, Lyon III
  • Marc Felix, journaliste, auteur du documentaire « Au cœur des robots », diffusé sur Arte au printemps 2015

L’acceptabilité des robots en Occident pose problème : la perception des robots sociaux est mitigée et pas encore intégrée dans les activités quotidiennes

Ces objets technologiques, sans histoire, sans rôle social, sans identité, apparaissent totalement dénués de sens dans un contexte culturel occidental. Issus d’une technologie de pointe, ils émergent dans une dimension complexe et une culture d’usage provenant principalement d’Extrême Orient. Cette complexité est imprégnée d’un univers de fiction stéréotypé à la fois symbolique d’un progrès bénéfique et objet de crainte. Des exemples symptomatiques au succès international permettent d’illustrer ce propos : les robots esclaves présentés dans la pièce de Karel Capek (1921), le Terminator perfide de James Cameron (1985), le R2D2 multifonctionnel de « Star Wars » (1976). La représentation des œuvres fictionnelles est importante du fait que plusieurs millions d’Américains, d’Européens, d’Asiatiques sont conscients de ces images. La popularité de ces longs métrages dans plusieurs contextes culturels, et particulièrement celle de R2D2 dans « Star Wars », façonne une représentation fictionnelle des robots. Aussi, le robot enfant David dans « A.I. » (Spielberg, 2001) ou encore les Replicant de Philippe K. Dick (1968) contribuent à créer une confusion des rôles auprès du public : la faculté de réversibilité de la machine-humanoïde est inquiétante tandis que les apparences d’ersatz humain sont troublantes.

Les robots de compagnie, actuellement produits et commercialisés, sont capables de divertir, de jouer et d’interagir avec leur propriétaire. Leurs fonctions sont diverses : message/alerte, accueil, surveillance des foyers, divertissement et jeux ludo-éducatifs. Il existe autant de dérisions qui attirent notre curiosité et entraînent des difficultés à identifier cet objet.

Les invités de ce séminaire contribueront à alimenter la réflexion sur l’acceptabilité des robots sociaux au travers des figures du robot et de la communication produite autour de la thématique : documentaires, films promotionnels et scénarii d’usage, films de sciences fiction. Le séminaire se concentrera sur la perception des robots et la communication employée pour favoriser l’acceptabilité. Les intervenants se positionneront sur 2 points :

  • Les figures du robot
    Formes de médiation et figures de représentation : comment s’éloigner d’une « mythologie fonctionnelle » (Baudrillard, 1970), l’objet de crainte fascinant ?
  • Les formes de communication employées
    Plateforme médiatique ou transmédiatique

Fermer le menu