Médiations - Informations - Communication - Arts

Date/heure
24/01/2014
10 h 00 - 12 h 00

Emplacement
Faculté de sociologie de l’Université de Bordeaux / Centre Emile Durkheim

Catégories


Les médias, scènes des arènes publiques

Atelier transversal médias

Vendredi 24 janvier 2014 – 10h à 12H – Département de sociologie – Site de la Victoire – Salle des séminaires


Controverse scientifique et médias. Les enseignements de l’affaire de la « mémoire de l’eau »

Pascal Ragouet, Professeur de sociologie

Entre 1988 et 1990, une controverse a défrayé la chronique, celle de la « mémoire de l’eau ». Un biologiste de renom, Jacques Benveniste, médecin de formation passé brillamment à la recherche au début des années 70, publie un article dans la revue Nature dans lequel il prétend avoir mis en évidence la possibilité d’obtenir un effet moléculaire à haute dilution, c’est-à-dire à des dilutions telles que la solution ne contient plus une molécule du principe actif utilisé. L’enjeu est ici d’analyser, à travers l’étude de ce cas, les effets que peut avoir la médiatisation d’une controverse sur sa dynamique propre et sur les frontières du champ scientifique. Nous verrons qu’en ouvrant à une sécularisation de l’académie et en proposant des théâtralisations concurrentes de la dispute, la médiatisation de la controverse aboutit à une sorte d’« évasion des calculs ». Cette notion, empruntée à la sociologie des crises politiques développée par M. Dobry, désigne une certaine propension des acteurs pris dans une conjoncture critique « à faire prévaloir dans leurs calculs pertinents (…) un univers de références, des indices et repères pour l’évaluation de la situation largement externes à la logique sociale spécifique à ce secteur ». Dans le cas présent, nous décrirons notamment comment les scientifiques s’affranchissent de certaines normes sociales et de certains éléments du cadre normatif de la « science normale » au sens de Kuhn.


Fermer le menu