Critique de la précarité et politique de la solidarité / Laboratoires du lien social

  • Type et nom du du programme : PSE (Bordeaux-Montaigne) Critique de la précarité
  • Durée : 2013
  • Pilotage : G. GRAMACCIA
  • Participation : Axe 2
  • Partenaires : Mairie de Pessac, FNARS

Présentation

Ces journées ont réuni des chercheurs et des professionnels impliqués dans une réflexion sur les problématiques du lien social à l’épreuve de la flexibilité et/ou de la précarité. L’objectif de ces rencontres est méthodologique : il s’inscrit dans une logique exploratoire des conditions d’une recherche plus ample (2014), résolument interdisciplinaire, susceptible de répondre à un défi scientifique et institutionnel très ambitieux : fédérer des équipes de recherche au sein de nos quatre universités bordelaises, et plus encore, d’universités d’autres régions et au plan international sur le thème de la précarité, de la flexibilité et des politiques de la solidarité. Dans une perspective épistémologique, il nous faut repérer d’emblée, outre les problématiques essentielles, les champs disciplinaires, les grands programmes théoriques et enfin les grands pôles d’ancrage des connaissances élaborées sur l’ensemble de ces questions. La notion de programme (Berthelot, 2001) est intéressante dans la mesure où elle permet d’identifier les grandes orientations d’analyse théorique explorés par la sociologie, mais également par les sciences politiques, les sciences juridiques, les sciences des organisations et enfin les sciences de l’information et de la communication susceptibles de jouer un rôle analytique majeur dans l’étude des grandes orientations ontologiques que nous souhaitons aborder. A défaut d’une théorie générale, qui nous semble pour l’heure inconcevable, un modèle des grandes problématiques, susceptible de fonder un programme de recherche interdisciplinaire, que nous proposons d’appeler les Laboratoires du lien social, nous semble recevable aujourd’hui.