Séminaires, colloques, journées d'études...

Colloque transversal du MICA 2018

Oeuvre : Patrick TOSANI, PO 46, 1985 – Collection les arts au mur artothèque, Pessac.

 

La vie interfaciale

 

6 et 7 juin 2018

À partir de 9H00

MSHA, salle Jean Borde
Pessac
ligne B, station de tram " Montaigne-Montesquieu "


La vie interfaciale : le colloque

Le terme Interface veut caractériser les mises en rapports, les passages, les interférences et les limites communes et mobiles entres plusieurs faces ou supports, les connexions et frontières labiles entre plusieurs univers. Ces phénomènes sont aujourd’hui amplifiés par les technologies de la communication mais on s’interrogera plus largement sur les manières dont nous vivons les interfaces dans plusieurs domaines des expériences et des connaissances sans oublier que les interfaces vécues nous introduisent à des effets de brouillage, à des troubles, à des indéterminations ou des vertiges dans les façons dont nous les pratiquons. Nos réflexions abordent ainsi les fragilisations contemporaines du lien social, mais aussi les réponses qui leur sont apportées dans tous les domaines de l’activité humaine. En ce sens les interfaces imprègnent nos existences contemporaines, mais nous les modifions en fonction de multiples usages que nous en faisons en divers domaines.

Dans ce colloque transversal, il nous paraît intéressant d’élargir la problématique pour croiser le regard des SIC et celui des arts, les deux composantes du MICA. On envisagera très largement les interfaces numériques, médiatiques, spatiales, urbaines, artistiques, corporelles, biologiques, ergonomiques, anthropologiques, sociologiques, géopolitiques, virtuelles, mentales, existentielles, informationnelles, pédagogiques… afin d’appréhender l’hypothèse d’une « biopolitique » des interfaces qui agissent dans la vie sociale et individuelle de façon prégnante et de préciser les métamorphoses du monde du travail et de l’action politique.

Les phénomènes de renversement entre surface et profondeur, de recto et verso, de vice et versa, de limites communes entre des sphères poreuses, des réciprocités qui sont propres aux pratiques interfaciales de toutes sortes, affectent nos modes de vie. Il en va d’une certaine fragilité des repères dans le rapport au corps, au travail, à la ville, à la politique, à la sexualité, à l’intime, à notre place dans la société. Les frontières entre la vie privée et la vie de travail, les discours et les vécus de l’activité sont interrogés. Cependant des parcours de ré-appropriation symbolique et sensible passeraient-ils par des interfaces inventives, par exemple culturelles, imaginaires, scientifiques, rêveuses, désirantes, temporelles et spatiales ?

Interfaces technologiques des médiums de toutes sortes, interfaces des savoirs et connaissances, du design et des arts contemporains, des scénographies, des espaces sensibles, des identités sexuelles, des images complexes, des créations hybrides et polysémiques, autant de phénomènes contemporains qui ouvrent sur des possibles ou/et des inquiétudes. Autant de pistes interfaciales à explorer dans l’ouverture d’une libre pensée de la recherche.

Les interventions

  • Françoise Paquienséguy : La vie interfaciale : Médiation - Illusion - Injonction
  • Patrizia Laudati : La ré-appropriation sensible de la ville : l'expérience spatiale comme pratique interfaciale
  • Fabio La Rocca : Ambiances inter-connectives : environnements sensibles et figurations des surfaces urbaines
  • Nathalie Pinède : Interfaces numériques et médiations des sens. Approche par la question du handicap
  • Eric Lacombe : Une interface tangible pour (faire) découvrir les graines d’Information
  • Florian Harmand et David Pucheu : Pervasion et persuasion dans le milieu-interface
  • Catherine Pascal, Lise Vieira et Noble Akam : Des interfaces au bio pouvoir
  • Gino Gramaccia : Le visage invisible du demandeur d’asile
  • Viviane Albenga : Les réappropriations des biens culturels et de leurs représentations de l’amour à l’âge du lycée
  • Alain Mons : La peau métaphore des interfaces
  • Ekaterina Justin : L'interface dans les œuvres numériques contemporaines : le corps intermodal de l'œuvre
  • Anne-Cécile Lenoël : Protocoles interfaciaux : quand le design contemporain participe de la conversation sociale
  • Jérôme Dupont : L’interfact dans le design contemporain : entre interface et artefact
  • Dominique Pauvert : L'Autre Monde est ici et maintenant
  • Marie-Christine Lipani : The Conversation : un dispositif d'interface entre le journalisme et la recherche
  • Andrea Alexander : Interroger l’aspectualisation du discours visuel : comment l’infographie de presse réécrit notre rapport à l’événement traumatique ?
  • Jérémy Deramchi : La perception numérique dans les interfaces des usagers
  • Franck Cormerais : Interfacialité et Intentionnalité : du service rendu à la servitude involontaire

Consulter le programme et les résumés

La vie interfaciale : L’exposition

« La vie interfaciale » présentée à la galerie  s’inscrit dans la continuité des questionnements issus du colloque transversal du MICA de l’Université Bordeaux Montaigne. C’est par le travail d’une vingtaine d’artistes de générations variées ayant des pratiques mixtes (vidéos, éditions, installations, peintures…) que le visiteur est invité à parcourir différentes échelles conceptuelles et symboliques afin d’entrevoir en quoi les interfaces devenues omniprésentes dans notre vie peuvent perturber l’économie du réel..

En savoir plus